Une fois n’est pas coutume, je vais prendre la parole et laisser parler mon cœur de maman d’une petite fille poly-allergique.

Cette rentrée, nous avons franchi un cap : l’école maternelle, la cantine, le goûter et le centre de loisirs. Rien d’insurmontable me direz-vous, toutes les familles y passent ! Mais quand les allergies alimentaires s’en mêlent, cela peut vite devenir un parcours semé d’embûches. Et cela concerne beaucoup plus de gens que l’on croit : en France, 8% des enfants doivent composer avec des allergies alimentaires. Nous avions anticipé et préparé tout cela bien avant septembre, avec la nounou, l’école, l’hôpital… J’ai retenu mon souffle et tout s’est bien passé !

Avoir un enfant allergique, c'est avoir peur du risque

Il n’empêche, comme tout parent d’enfant allergique, on reste toujours en alerte, la tête pleine d’interrogations :  comment vont se passer les anniversaires, les fêtes à l’école, les sorties ? La célébration d’Halloween ?

Entre le rejet d’un fête mercantile et étrangère, et la soirée drôlement effrayante passée à s’amuser, nous avons choisi notre camp depuis quelques années déjà en prenant plaisir à partager cette soirée avec les enfants du quartier. Jusque-là, ma fille était trop petite, trop craintive pour y prendre part mais son caractère s’affirmant, sa complicité avec son grand frère grandissant, cette année, ils vont fêter Halloween ensemble !

Mais ce qui est supposé être une fête pour les enfants peut soudainement devenir leur pire cauchemar, en cas d’allergies. Pour certains, la simple manipulation de bonbons peut déclencher de graves réactions (urticaire, crise d’asthme, œdème de Quincke ou choc anaphylactique) à cause des allergènes contenus dans les produits, comme le lait, les fruits à coques, l’arachide, le gluten, etc.

Devant l’empressement des enfants à profiter de leur butin, je m’imagine déjà en train de déchiffrer les emballages des bonbons à la lampe torche pour m’assurer que leurs ingrédients ne contiennent aucun allergène de dangereux pour ma fille. Pas vraiment l’idéal pour profiter de la fête ! Sans compter la déception qu’il me faudra certainement gérer quand elle ne pourra pas manger ce qui a été offert.

CELINE_TWITTER_FINAL

Le projet Teal Pumpmkin Project, pour Halloween

La solution ? Ce sont nos amis américains qui l’ont trouvé, au travers du projet « Teal Pumpmkin Project ». Depuis 2014, cette initiative invite les gens à placer devant leur maison, une citrouille peinte en bleu turquoise, pour indiquer que des cadeaux non alimentaires seront offertes aux enfants allergiques, le soir d’Halloween. L’objectif n’est pas de bannir complètement les friandises, ni de changer les vieilles traditions mais simplement de donner le choix ! 

Avec Plaisir lance en France, "Une citrouille pour les allergiques"

En 2017, j’ai rejoint Avec Plaisir, la première plateforme de bonnes adresses sans allergènes pour faciliter la vie des personnes ayant des contraintes alimentaires (allergie, intolérance, diabète…). Fidèle à cette ambition, j’ai eu envie cette année d’initier en France, la 1ère campagne de citrouilles turquoises, pour faire d’Halloween, une fête pour tous !

Alors, le 31 octobre, j’aurai moi aussi une citrouille turquoise devant ma porte. Et j’espère que vous serez nombreux, parents ou proches d’enfants allergiques, intolérants, diabétiques - ou pas - à faire de même !

Halloweenpourtous-une-citrouille-pour-les-allergiques-Avec-Plaisir-sans-allergènes-FB-VisuelHalloween-Chat

#Halloweenpourtous

Céline

Toutes les infos sur le projet sur le page dédiée « Une citrouille pour les allergiques »