Suite de notre série de témoignages de Laura, hypersensible au gluten : "A partir du moment où j'ai eu ce déclic. Le déclic d'aller mieux, de changer mon quotidien et de moins souffrir. Il fallait, je devais avoir du soutien et qu'on m'accompagne dans cette démarche".

Rien n'est évident quand du jour au lendemain tu prends cette décision. Changer son alimentation pour son bien. Une mentalité qui certes se développe mais peu commune.
Surtout quand on habite dans une ville au fin fond de la campagne. Comment bien faire comprendre à son entourage ?

J'ai de la chance d'avoir des parents assez compréhensifs. Compréhensifs car rien n'est déterminé pour moi.
Faire cette démarche de soi-même sans être diagnostiqué coeliaque* (*Avec Plaisir recommande de toujours se faire accompagner par un médecin quand on entame un régime sans gluten). Mais juste en lisant des témoignages.
Essayer sans savoir si ça va marcher. Le temps seul peut le déterminer. Entrer dans un nouveau monde et attendre.

Etre épaulé et comprise était important pour moi.

Tout le monde devait aller dans ma démarche et m'aider. Etre inviter à manger et se priver de certaines choses commençait à devenir une habitude. Emmener son pain sans gluten, et quelques aliments rien que pour moi devenait banal.

C'est pour ça qu'il le fallait. Je devais être épaulé. Avoir mon entourage aller dans mon sens. Expliquer aux autres que je mangeais sans gluten désormais.
Pas besoin d'un fameux discours. Encore au jour d'aujourd'hui, j'ai le droit à quelques vannes. Je n'y répond même plus.

Les préjugés ne partiront jamais, c'est une certitude.

Cette éternelle question qu'on me pose encore " Tu manges toujours sans gluten ? " Oui, oui je continuerais. Rien ne me fera plus changer d'avis.
Je veux continuer, je veux améliorer cette santé. Je suis juste déterminer. Et maintenant que mon quotidien à changer. Maintenant qu'une habitude est prise.
Changer serait dur. Mais la question ne se pose plus. La détermination est là.

Quand je retourne voir mes parents en Vendée, j'ai le droit à des attentions. Des attentions que je trouve tellement adorables !

Mes parents m'achètent des produits exprès, ma mère me fait des gâteaux sans gluten. Choses que je ne demande pas. Ils ne sont pas obligés. Je pourrais me débrouiller.
Mais j'ai vraiment eu la chance que mes parents soient assez ouverts, comprennent et qu'ils continuent d'avoir ces attentions pour moi à chaque fois que je reviens.

Aller habiter sur Paris m'a fait grandement du bien. Découvrir tout ces endroits que je voyais sur les réseaux sociaux, découvrir beaucoup de nouveaux produits.

De nouvelles habitudes !

Une habitude que je partage avec eux en leurs parlant de mes découvertes. En partageant des recettes trouvées sur les réseaux sociaux en disant, faudra qu'on essaie.

C'est devenu en quelque sorte un lien. Cuisiner était devenu une obligation. Découvrir, créer, une passion ?

Etre épaulé est donc nécessaire.

Seule, je ne sais pas si j'aurai continué. Je ne sais pas si j'aurais vraiment tenue. Etre comprise est une chose bien. Quand je me vois au jour d'aujourd'hui, je suis contente d'avoir eu ces soutiens.

Je ne remercierais jamais assez mes parents pour leur application et leur présence dans mon alimentation ainsi que dans la maladie.

Laura